Sextant

Revue de recherche interdisciplinaire sur le genre et la sexualité

Revue dédiée aux études sur les femmes et le genre

Journal of Interdisciplinary Research on Gender and Sexuality

Accéder au site
Sextant

Sextant est une revue annuelle, multidisciplinaire et internationale à comité de lecture, spécialisée en études sur les femmes et le genre. Créée en 1993 à l’initiative de l’historienne belge Éliane Gubin, Sextant fut la première revue universitaire consacrée à ces questions en Belgique. Elle a longtemps émané directement du GIEF (Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Elle porte aujourd'hui sur les questions de genre et de sexualité et est portée par un groupe interdisciplinaire d'enseignants de l'ULB. Son engagement sur le terrain de l’interdisciplinarité (sciences sociales, lettres, droit, psychologie,…) lui a permis de se faire une place dans le monde de la recherche et dans l’espace francophone.
Une trentaine de numéros thématiques ont vu le jour, qui portent sur des sujets variés, tous vus sous l’angle du genre : le travail, la citoyenneté, la domesticité, le colonialisme, les masculinités ou encore les mobilisations catholiques contre « l’idéologie du genre ». Depuis 2008, Sextant est publiée par les Éditions de l’Université de Bruxelles et est subsidiée depuis 2014 par le Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS-FRS). Elle accueille des articles inédits en français et en anglais.

Sextant is an annual, multidisciplinary and international peer-reviewed journal specializing in women's and gender studies. Created in 1993 on the initiative of Belgian historian Éliane Gubin, Sextant was the first university journal devoted to these issues in Belgium. It has long emanated directly from the GIEF (Interdisciplinary Group of Studies on Women) of the Université libre de Bruxelles (ULB). Today, it deals with issues of gender and sexuality and is supported by an interdisciplinary group of ULB professors. The commitment of the journal to interdisciplinarity (social sciences, literature, law, psychology, etc.) has allowed Sextant to find a place in the landscape of gender research, especially in the French-speaking scientific environment.
Thirty thematic issues have already emerged, covering a variety of subjects, all viewed from a gender perspective: work, citizenship, domesticity, colonialism, masculinities or Catholic mobilisations against 'gender ideology'. Since 2008, Sextant has been published by Éditions de l'Université de Bruxelles and has been subsidized since 2014 by the Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS-FRS). It hosts unpublished and innovative articles both in French and English.

En savoir plus

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

sextant@ulb.be

Informations bibliographiques

Voir la fiche de la revue sur d'autres sites

Via le Sudoc

Directeur de la publication

Andrea Rea

Rédacteur(s) en chef

Amandine Lauro, Cécile Vanderpelen

Responsable de l'édition électronique

Ariane Savoie

Type de support

Papier et électronique

Etat de la collection

2016-2020

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

Annuelle

Année de création

1993

Date de mise en ligne

25 novembre 2021

ISSN format électronique

2795-8736

ISSN format papier

1370-267X

Langue de la publication

Français

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

72 semaines

Coordonnées

Courriel

sextant@ulb.be

Adresse postale

Sextant
Editions de l’Université de Bruxelles
Avenue Paul Héger 26
1000 Bruxelles
Belgique

Ville de production

Bruxelles

Actualités

Nouveau numéro

37 | 2020 – Le rideau déchiré

Sextant_Couverture_37
ISBN 978-2-8004-1744-8
22 euros - 16 × 24 cm

La guerre froide n'est pas qu'un bras de fer entre deux puissances politiques qui mesurent leurs capacités militaire, nucléaire, technologique et scientifique. S'y joue également une lutte pour gagner un pouvoir d’influence culturel beaucoup plus large et profond.
Les deux blocs prétendent, notamment, défendre et incarner les normes de genre et de sexualité les plus justes et les plus en phase avec le « vrai » bonheur et l'harmonie amoureuse, ferments indispensables d'une société en bonne santé. Pour ce faire, ils puisent tous les deux dans les savoirs de la sexologie, alors en plein bouleversement. L'époque est en effet marquée par le développement de machines dont on attend qu’elles mesurent les performances sexuelles. Les progrès de l’imagerie médicale laissent croire en un avenir où tous les aspects du corps humain seront visibles et, donc, soignables (voir la photo de couverture : le psychiatre W. Reich à la recherche d’une force vitale universelle).
Les études ici rassemblées montrent que, dans le domaine de la sexologie, le rideau qui sépare l’est et l’ouest était pour le moins déchiré, pour reprendre le titre d’un film d’Alfred Hitchcock qui traite d’espionnage scientifique. Les scientifiques, justement, et leurs théories sur la sexualité circulent d’autant mieux que l’un comme l’autre bloc partagent des valeurs communes de valorisation de la famille traditionnelle et de hantise de l’homosexualité. Des deux côtés, les sexologues, alors en voie de professionnalisation, tentent d’élaborer une expertise congruente avec le supposé savoir scientifique, le vécu raconté par leurs patient·es, les directives du régime dont ils dépendent et une société progressivement conquise par le discours de la « révolution sexuelle ». Entre conservation et subversion, ils soufflent ainsi le chaud et le froid sur les représentations de la sexualité.